Envoi du mail en cours
 

Rester connecté

Cancérologie /
× Gynécologie

168 articles dans cet axe pathologique
3 caractères minimum
Confirmation de l'efficacité de l'olaparib en maintenance en cas de rechute tardive chez les patientes avec mutation BRCA1/2 (SOLO2/ENGOT-Ov21)
Article Commenté
Source : Lancet Oncol. 2017 ; 18(9):1274-1284.
Confirmation de l'efficacité de l'olaparib en maintenance en cas de rechute tardive chez les patientes avec mutation BRCA1/2 (SOLO2/ENGOT-Ov21)
Dr Thibault De la Motte Rouge (Centre Eugène Marquis - Rennes) le 18 Octobre 2017
L’olaparib est utilisé en routine clinique depuis un peu plus de 2 ans, pour les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire en rechute sensible aux sels de platine et mutées BRCA au niveau constitutionnel ou tumoral. L’autorisation de mise sur le marché avait été obtenue suite aux résultats de l’étude 19, phase II randomisée qui avait montré un bénéfice en termes de survie sans progression...
Lire la suite
Articles scientifiques (142)
Cas cliniques (2)
Vos patients ont lu (24)
Article Commenté
Source : Lancet Oncol. 2017 ; 18(9):1274-1284.
Confirmation de l'efficacité de l'olaparib en maintenance en cas de rechute tardive chez les patientes avec mutation BRCA1/2 (SOLO2/ENGOT-Ov21)
Dr Thibault De la Motte Rouge (Centre Eugène Marquis - Rennes) le 18 Octobre 2017
L’olaparib est utilisé en routine clinique depuis un peu plus de 2 ans, pour les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire en rechute sensible aux sels de platine et mutées BRCA au niveau constitutionnel ou tumoral. L’autorisation de mise sur le marché avait été obtenue suite aux résultats de l’étude 19, phase II randomisée qui avait montré un bénéfice en termes de survie sans progression...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Lancet Oncol. 2017 ; 18(6):779-791.
Efficacité de l'association bevacizumab plus chimiothérapie par carboplatine paclitaxel chez des patientes présentant une rechute platine sensible d'un cancer de l'ovaire (GOG-O213) : étude ouverte randomisée de phase III
Dr Philippe Follana (Centre Antoine Lacassagne - Nice) le 18 Octobre 2017
Une grande majorité de patientes atteintes de cancer de l’ovaire vont présenter une récidive de leur maladie. Une rechute survenant plus de 6 mois après la fin du traitement initial est considérée platine sensible et retraitée par une bithérapie contenant un sel de platine. Dans cette situation, l’étude OCEANS a montré que l’addition de bevacizumab au doublet  carboplatine-gemcitabine améliore...
Lire la suite
Article Commenté
Source : J Clin Oncol. 2017 ; 35(10):1112-1118.
Les anti-folates font-ils leur retour dans les cancers de l'ovaire ?
Pr Benoit You (Centre hospitalier Lyon Sud) le 18 Octobre 2017
Nous nous souvenons des médicaments anti-récepteurs des folates qui avaient été présentés comme révolutionnaires dans la prise en charge des cancers de l’ovaire avancés, il y a quelques années. Il s’agissait du vintafolide, un médicament conjugué associant une petite molécule ciblant le récepteur aux folates et un agent cytotoxique, ainsi que du farletuzumab, un anticorps monoclonal humanisé...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Gynecol Oncol. 2017 ; 145(2):319-328.
Y a-t-il un intérêt des plans d'information de l'après-cancer (PAP) pour les patients avec un cancer de l'ovaire ?
Pr Florence Joly (Centre François Baclesse - Caen) le 18 Octobre 2017
Il y a une incitation forte des tutelles et des sociétés savantes à mettre en place des plans d’information détaillés pour améliorer la période de l’après-cancer. L’objectif est de donner une information la plus complète possible sur la maladie, ses traitements et les effets secondaires potentiels à court et à long terme (incluant les troubles physiques et psychologiques) ainsi que...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Ann Oncol. 2017 Jun 8. doi: 10.1093/annonc/mdx229.
La qualité de vie initiale est un facteur pronostique et peut prédire l'efficacité ou « l'inefficacité » des traitements en cas de cancer de l'ovaire avancé
Pr Florence Joly (Centre François Baclesse - Caen) le 19 Juillet 2017
Deux récentes publications ont mis l’accent sur l’importance de la qualité de la vie dans la stratégie de la prise en charge des patientes traitées pour un cancer de l’ovaire avancé (notamment en situation de résistance aux sels de platine) comme valeur pronostique et prédictive de réponse aux traitements. En situation de cancer de l’ovaire avancé platine résistant ou multi-traité...
Lire la suite
Article Commenté
Source : J Clin Oncol. 2017 ; 35(12):1274-1280.
ADN tumoral circulant dans le suivi thérapeutique du cancer de l'ovaire avec mutation BRCA1/2 à la recherche des mécanismes de résistance : approche conceptuellement séduisante mais encore des difficultés pour une utilisation en clinique
Dr Thibault De la Motte Rouge (Centre Eugène Marquis - Rennes) le 19 Juillet 2017
Les patientes présentant une mutation germinale BRCA1/2 atteintes d’un cancer de l’ovaire ont une survie supérieure aux patientes non mutées. Une des explications de ce pronostic plus favorable est une sensibilité accrue aux chimiothérapies, notamment à base de sels de platine, et à la possibilité de traitements ciblés par des inhibiteurs de PARP. Cependant, même chez ces patientes...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Eur J Cancer. 2017 ; 70:133-142.
Le bevacizumab en néoadjuvant a-t-il une place ?
Dr Philippe Follana (Centre Antoine Lacassagne - Nice) le 19 Juillet 2017
Deux études de phase II ont analysé la tolérance et l’efficacité d’une association de bevacizumab à une chimiothérapie par carboplatine paclitaxel en préopératoire. La chimiothérapie néoadjuvante est de plus en plus fréquemment proposée dans la prise en charge initiale des cancers de l’ovaire avancés pour lesquels une chirurgie permettant une résection complète...  
Lire la suite
Article Commenté
Source : Lancet. 2016 ; 387(10022):945-56.
Quelle place pour le dépistage du cancer de l'ovaire ?
Pr Benoit You (Centre hospitalier Lyon Sud) le 19 Juillet 2017
Il existe un rationnel fort à vouloir identifier de façon plus précoce le cancer de l’ovaire par dépistage. En effet, 75% des cancers de l’ovaire sont diagnostiqués à un stade avancé III-IV, expliquant ainsi, en partie, le pronostic défavorable de ce cancer. Dans un large essai américain PLCO (Prostate Lung Colorectal Ovarian cancer screening program) portant sur 178.000 patientes...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Ann Oncol. 2017 ; 28(4):711-717.
Pour améliorer la prise en charge du cancer épithélial de l'ovaire : participer à la recherche clinique en suivant les recommandations issues de la 5ème conférence de consensus du Gynecologic Cancer Intergroup (GCIG)
Pr Florence Joly (Centre François Baclesse - Caen) le 16 Mai 2017
Les membres du GCIG se sont réunis à Tokyo en novembre 2015 lors d’une conférence de consensus pour statuer sur les standards et identifier les questions innovantes à inclure dans les nouvelles générations d’essais cliniques dans le cancer de l’ovaire avancé. Quatre groupes composés de 29 personnes ont travaillé sur des questions prédéfinies qui ont été ensuite...
Lire la suite
Article Commenté
Source : J Clin Oncol. 2016 ; 34(28):3460-73.
Polémiques autour de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer épithélial de l'ovaire avancé : tu tires ou tu pointes ?
Pr Benoit You (Centre hospitalier Lyon Sud) le 16 Mai 2017
Environ 75% des femmes diagnostiquées pour un cancer épithélial de l’ovaire présentent une maladie avancée, étendue au péritoine, de stade IIIC ou IV selon la classification FIGO. Le traitement standard repose sur une chirurgie de cytoréduction qui doit être idéalement complète (considérée completeness of cytoreduction CC0 par le chirurgien, c’est-à-dire...  
Lire la suite
Cas Clinique
Suppression par le catumaxomab d’une ascite invalidante chez une patiente souffrant d’une carcinose péritonéale liée à un cancer de l’ovaire
Pr Isabelle Ray-Coquard (Centre Leon Bérard - Lyon) le 30 Septembre 2013
L’ascite carcinomateuse est une complication fréquente des cancers épithéliaux de l’ovaire, dont le traitement peut s’avérer difficile en raison d’une résistance à la chimiothérapie, alors que celle-ci est efficace sur les autres cibles. Cette ascite s’accompagne souvent de symptômes invalidants : douleurs, distension abdominale, signes de compression vésicale ou intestinale, baisse de l’état général ou encore dyspnée (1). 
Lire la suite
Cas Clinique
Efficacité prolongée du catumaxomab chez une patiente souffrant d’une ascite carcinomateuse réfractaire
Mme Laure Chauvenet (Service d’oncologie médicale, Hotel-Dieu - Paris) le 12 Février 2013
Introduction L’ascite carcinomateuse est associée au cancer de l’ovaire dans environ un tiers des cas (1, 2). Les manifestations cliniques de l’ascite sont particulièrement invalidantes pour les patientes et lorsque l’ascite devient réfractaire et récidivante, ces manifestations altèrent la qualité de vie. Il s’agit aussi d’une complication grave qui peut menacer le pronostic vital en cas d’occlusion intestinale ou de détresse respiratoire. Les traitements...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Actu'Hebdo Octobre 2017
« Chimiothérapie : certaines bactéries peuvent entraver son efficacité »
le 20 Octobre 2017
« De récents travaux [des chercheurs du Weizmann Institute of Science et du MIT] montrent que des bactéries pourraient jouer un rôle majeur dans la résistance de certaines tumeurs à la gemcitabine, une chimiothérapie courante », révèle Santé Magazine. Il rappelle qu’« une tumeur cancéreuse ne ressemble jamais à une autre en raison de plusieurs facteurs comme le système immunitaire du patient »...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Spéciale cancer ovaire Octobre 2017
« Cancer de l'ovaire : déculpabiliser le calcium ? »
le 18 Octobre 2017
« Septième tumeur la plus meurtrière chez la femme dans le monde, le cancer de l’ovaire est le plus souvent diagnostiqué à un stade avancé. Un retard de prise en charge expliquant les faibles taux de survie rapportés », rappelle La Dépêche. « Et du côté de la prévention, qu’en est-il des facteurs de risque nutritionnels ? Le calcium, parfois incriminé dans la survenue de ce cancer, l’est-il à juste titre ?...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Spéciale cancer ovaire Octobre 2017
« Des scientifiques développent un test sanguin pour dépister les tumeurs cancéreuses »
le 18 Octobre 2017
« Un simple test sanguin pour détecter plusieurs types de cancer [colorectal, du sein, du poumon et de l'ovaire] à un stade précoce, tel est l'objectif de chercheurs du Johns Hopkins Kimmel Cancer Center», fait savoir Santé Magazine. « Cet examen est basé sur l'analyse de petites quantités d'ADN spécifique à chaque cancer dans le sang, libéré par la tumeur », précise l’article. « Cette étude montre...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Spéciale cancer ovaire Octobre 2017
« Pilule : cinq questions qui font tanguer le comprimé »
le 18 Octobre 2017
« Effets secondaires, dosage, pollution, les critiques adressées à la pilule sont nombreuses. Mais faut-il toutes les prendre au sérieux ? », s’interroge Libération qui fait « le point (et contrepoint) sur tous les maux dont on l'accuse ». Libération répond notamment à la question : « Est-ce que la pilule provoque des cancers ? ». « En la matière, les études sont nombreuses, et les résultats...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Spéciale cancer ovaire Octobre 2017
« Ivermectine : un antiparasitaire efficace contre le cancer de l'ovaire »
le 18 Octobre 2017
Top Santé affirme que « l'ivermectine, traitement utilisé contre les infections parasitaires se serait montré efficace dans la lutte contre le cancer épithélial de l'ovaire, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Actes de l'Académie des Sciences américaine (PNAS) ». « Il ciblerait le gène KPNB1, et offrirait une nouvelle solution thérapeutique...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Spéciale cancer ovaire Octobre 2017
« Perturbateurs endocriniens : ce qu'il faut savoir »
le 18 Octobre 2017
« Omniprésents dans notre quotidien, les perturbateurs endocriniens sont devenus une préoccupation de santé majeure », affirme Top Santé. Il rappelle que « ce sont des substances chimiques susceptibles d'influencer le fonctionnement de nos glandes endocrines, ces glandes internes qui sécrètent les hormones de notre système hormonal. Il s'agit de colorants, conservateurs, parfums, souvent destinés à...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Spéciale cancer ovaire Octobre 2017
« Le cancer : comment mieux se protéger ? »
le 18 Octobre 2017
« Le cancer a souvent des causes multiples. Sur certaines, nous ne pouvons rien, c'est le cas des antécédents familiaux. Toutefois, 40% des cancers sont liés à notre comportement et pourraient être évités », indique Maxi, qui livre « quelques bons réflexes à adopter au quotidien ». « Après 50 ans, notre corps répare moins bien les attaques subies par ses cellules. Cependant, sur les 400.000 nouveaux cas...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Actu'Hebdo Septembre 2017
« Une substance anti-cancer dans le lait maternel ? »
le 1 Septembre 2017
Dans sa chronique pour Sciences et Avenir, le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière, indique que « des chercheurs de l'université de Lund, en Suède, viennent d'annoncer qu'une protéine présente dans le lait maternel avait la capacité d'éliminer des cellules cancéreuses. Cette découverte prometteuse devrait maintenant permettre...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Actualités en immuno-oncologie Juillet 2017
« ASCO 2017 : nouvelle immunothérapie en gynécologie »
le 21 Juillet 2017
« Une molécule, le nivolumab, pourrait devenir la première immunothérapie dans les cancers gynécologiques », rapporte l’envoyée spéciale de Sciences & Avenir au congrès mondial sur le cancer, à Chicago. Le magazine note que « l'immunothérapie (…) ne cesse depuis plusieurs années de monter en puissance ». « Utilisée d'abord dans le cancer de la peau métastatique puis celui du...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : Cancero.net - Spéciale cancer ovaire Juillet 2017
« ASCO 2017 : un traitement prometteur contre le cancer de l'ovaire »
le 19 Juillet 2017
« Un essai clinique sur un traitement destiné aux patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire et porteuses d’une mutation génétique BRCA a donné des résultats très encourageants [présentés à la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO)] », révèle France Info sur son site spécialisé. Il rappelle au préalable qu’« on estime qu’environ 2 femmes sur 1.000 sont...
Lire la suite